Pierre Bartholomée

Pierre Bartholomee

Discographie

Œdipe sur la route: couverture CD

Œdipe sur la route

Opéra en quatre actes
Livret d’Henry Bauchau

José van Dam (Œdipe)

Valentina Valente (Antigone)

Jean-Francis Monvoisin (Clios)

Hanna Schaer (Diotine)

Ruby Philogene (Calliope) - Nabil Suliman (Le Chef du Village) - Jean-Guy Devienne (Polynice) - Marc Coulon (Etéocle) - Elise Gäbele (Ilyssa) - Luc de Meulenaere (Un Vigneron) - Nicolas Bauchau (Le Messager) - Paul Gérimon (Thésée) - Florence Fischer (Ismène) - Claudio Graisman (Créon)
Orchestre Symphonique et Chœurs de la Monnaie

Daniele Callegari, Direction

Paru en 2015

Label : Evidence Classics (réf. EVCD011)



bartholomee

Evidence Classics a choisi d’éditer une version audio live de ce premier opéra de Pierre Bartholomée dans l’interprétation de l’équipe qui l’a créé en 2003 à la Monnaie. José Van Dam (Œdipe), Valentina Valente (Antigone), Jean-Francis Monvoisin (Clios) et Hanna Schaer (Diotime) y dominent une distribution exceptionnelle avec l’Orchestre symphonique et les Chœurs de la Monnaie sous la direction de Daniele Callegari. Le coffret, bien documenté, comprend le livret complet de cette œuvre en quatre actes, livret tiré par l’écrivain et poète belge Henry Bauchau de son célèbre roman éponyme. La captation a été effectuée sur scène, en direct. La prise de son rend, d’une certaine façon, témoignage de la mise en scène de Philippe Sireuil et de l’engagement physique exigé des interprètes. Après Œdipe sur la route, Pierre Bartholomée a composé un second opéra avec Henry Bauchau : La Lumière Antigone, créé à la Monnaie et repris dans une production à La Chaux-de-Fonds. Le coffret Œdipe sur la route a obtenu un Orphée d’Or de l’Académie du disque lyrique.


  

Orphée d’Or (Prix de la Sacem 2016) 


Soli: couverture CD

Soli

Oraisons pour violoncelle
Deux études pour harpe
Face à face pour alto
Livre d’orgue

Ophélie Gaillard, violoncelle
Francette Bartholomée, harpe
Dominica Eyckmans, alto
Jean-Philippe Merckaert, orgue Westenfelder de Maredsous

Paru en 2011

Label : Aparté (réf. AP014)




Ce CD rassemble quelques pièces solistes de composition assez récente (2006 à 2009). Parmi elles, Face à Face pour alto occupe une place un peu particulière. Cette pièce a été écrite pour Dominica Eyckmans en vue du concert que l’Ensemble Musiques Nouvelles voulait offrir à Henri Pousseur pour ses 80 ans mais auquel son illustre dédicataire n’a pas pu assister car il venait d’être emporté par la maladie. Oraisons pour violoncelle, pièce composée pour Ophélie Gaillard qui l’a créée et jouée à maintes reprises, est un peu comme une réponse musicale à Face à Face tandis que les deux brèves études pour harpe, Zigzag et Wintry Day, commandées par des concours instrumentaux et dédiées à de grandes harpistes disparues témoignent de l’a ttachement de Pierre Bartholomée à cet instrument dont son épouse, Francette, est une praticienne virtuose. Enfin, un grand Livre d’Orgue témoigne à la fois de l’intérêt du compositeur pour l’instrument roi (rappelons son Récit pour orgue créé dans les années 70, par Xavier Darasse, au Festival international de Royan) et de son amitié pour l’organiste Jean-Philippe Merckaert, interprète flamboyant et inspiré.


  


ex-abrupto

Requiem

Laudantes Consort
Ensemble Musiques Nouvelles
Guy Janssens, direction

Paru en 2008

Label : Cypres (réf. CYP1655)




Contrairement à nombre d’œuvres liturgiques, le Requiem de Pierre Bartholomée –probablement l’un des premiers du XXIe siècle – ne puise pas ses sources dans les Saintes-Ecritures mais dans une tragédie humaine. Celle de la petite Jessica, enfant Rwandaise, survivante du génocide qui décima près de 800.000 de ses contemporains et qui alla trouver la mort – aussi tragiquement qu’absurdement – dans son pays d’asile, les Etats-Unis d’Amérique. Mais ce Requiem, qui est aussi polyglotte qu’œcuménique ne se contente pas de bâtir ses murailles autour de fragments de la correspondance de Jessica; Pierre Bartholomée s’entoure de textes religieux (d’où le nom de Dieu est absent) et d’une phrase du poète belge Henri Bauchau, librettiste de ses deux opéras. Pierre Bartholomée, dont la discographie chez Cypres a été largement saluée par la presse internationale (deux “chocs” du Monde de la musique) livre ici une œuvre poignante, charnelle, moins scrupuleusement intellectuelle qu’à son habitude, qui s’inscrit dans la belle lignée de cette histoire subjective du Requiem, dont elle achève la série.


ex-abrupto

ex abrupto

2 CD
Quatuor à cordes *
Fragments des Belles Heures **
13 Bagatelles pour piano ***
Le Rêve de Diotime ****
Dominique Mols, soprano **
Valentina Valente, soprano ****
Philippe Terseller, piano ***
Quatuor Danel *
Ensemble Musiques Nouvelles ****
Ensemble « Les Belles Heures » **

Paru en 2007

Label : Cypres (réf. CYP4625)




Cet enregistrement réunit quatre œuvres qui appartiennent à la fois au tournant du siècle (1999-2004) et à un moment de la carrière de Pierre Bartholomée qui lui a permis de se consacrer plus pleinement à la composition dans le contexte d’une résidence à laquelle l’Université catholique de Louvain l’avait invité. Les tâches plus sereines du professeur et de l’animateur culturel succédaient ainsi à celles qui avaient absorbé durant trente années le chef d’orchestre de l’Ensemble Musiques Nouvelles d’abord, de l’Orchestre Philharmonique de Liège (1977-1999) ensuite. La création à Louvain d’un Atelier inter-facultaire d’écriture musicale a accompagné ainsi la genèse de trois des pages réunies ici : Fragments des Belles Heures, créés en 2003, les 13 Bagatelles pour piano et le Quatuor à cordes en 2004. Il s’y ajoute un long monodrame pour voix et 19 instruments, Le Rêve de Diotime (1999) sur un texte extrait du récit de Henry Bauchau, Diotime et les lions. C’est le point de départ d’une collaboration intense avec le célèbre écrivain qui nous a donné deux opéras : Œdipe sur la route créé à la Monnaie de Bruxelles en mars 2003 et La Lumière Antigone qui sera créée lors de la première saison de Peter de Caluwe à la Monnaie.

  


ex-abrupto

Le point nocturne

Fin de série *
Variations **
Le Point Nocturne ***
Adieu ****
... et j’ai vu l’âme sur un fil... elle dansait *****
Refrains ******
Endre Kleve - Hélène Lieben, violons *
Pascal Sigrist, piano **
Lucienne Van Deyck, mezzo-soprano – Quatuor Kleve [Endre Kleve, violon - Hélène Lieben, violon - Ning Shi, alto - Cécile Corbier, violoncelle] ***
Jean-Pierre Peuvion, clarinette ****
Trio Medicis [Francette Bartholomée, harpes - Bernard Pierreuse flûte] *****
Izumi Okubo, violon - Alain Pire, trombone ******


Paru en 2001
Label : Cypres (réf. CYP4607)




Pierre Bartholomée, comme Hans Zender, a souvent dû renoncer à la réalisation de ses rêves de composition. Pourtant, de son active carrière de chef d’orchestre, il a su préserver quelques plages vierges où, presque imperceptiblement, viennent s’étendre année après année des pages intimes. Parts d’une œuvre en plein développement, entamée dans les années soixante dans le sillage d’Henri Pousseur et culminant, en ce début du XXIème siècle, par de grandes créations (Œdipe sur la route créé au Théâtre Royal de la Monnaie en 2002), elles nous livrent, comme Fin de série, le principe d’écriture de Bartholomée : obsessions, répétitions, constructions, écheveau d’une netteté ensorcelante, tissé d'un fil harmonique extrêmement personnel. C’est le meilleur des interprètes belges qui se retrouve réuni dans cette exploration sonore dont chaque audition renforce l’ensorcellement : Lucienne Van Deyck, Pascal Sigrist, le trio Médicis donnent d’un monde musical plein et riche, leur vision travaillée jusqu’au détail, alimentée d’une longue et vraie complicité.


ex-abrupto

Œuvres pour orchestre

Fredons et Tarabusts
Humoresque

Orchestre Philharmonique de Liège
Pierre Bartholomée, direction

Paru en 1997
Label : Cypres (réf. CYP7603)




Depuis Harmonique, créé en 1970 par Michael Gielen, l’œuvre symphonique de Pierre Bartholomée s’enrichit lentement de pages magnifiques et riches de toute la palette d’un grand connaisseur de l’orchestre : le compositeur n’a-t-il pas été, de 1977 à 1999, le directeur artistique de l’Orchestre Philharmonique de Liège ? Aux côtés d’Humoresque, crée en 1994 par Pascal Verrot au Québec, c’est une nouvelle œuvre dense, impressionnante, fascinante que l’on retrouve sur ce disque, sous la direction du compositeur. Fredons et Tarabusts, vaste « sérénade sans sérénité », au-delà d’un clin d’œil à Pascal Quignard et sa Haine de la Musique, est une manière de concerto pour orchestre et témoigne de l’intelligence de l’écriture musicale d’un grand compositeur d’aujourd'hui, à l’échelon belge mais aussi, comme l’indique Harry Halbreich dans la notice, à l’échelon international. L’enregistrement de cette page maîtresse a eu lieu au palais des Beaux-Arts de Bruxelles, lors de sa création, le 18 septembre 1997.


ex-abrupto

Harpe Chromatique | Harpe Diatonique

Fancy
Trois nocturnes
Pastorale

Sur le même disque :
+ Auguste De Boeck (Fantaisie en mi mineur, Improvisation en sol majeur)
+ Joseph Jongen (Ballade sur un vieux Noël wallon oublié, Valse op. 73 en la bémol majeur)

Francette Bartholomée, harpes

Paru en 1996
Label : Cypres (réf. CYP1603)




La harpe chromatique Pleyel, apparue en 1894, résolvait les problèmes de la harpe classique face au langage moderne. Enseignée un temps à Paris, elle s’implanta plus solidement dans la Belgique wagnérienne du début du siècle. Francette Bartholomée, titulaire des deux classes de harpe au Conservatoire de Bruxelles, présente un récital exceptionnel témoignant de l’intérêt de trois compositeurs belges pour les deux instruments. Il devrait contribuer à la résurrection de la harpe chromatique, régal visuel et sonore qui conquit Debussy, Enesco, Florent Schmitt mais ne put survivre à la conjoncture des années trente.


Egalement disponible:


Mezza Voce

pour 4 instruments (+ Circles de Luciano Berio)
Ensemble Musique Nouvelle
Igloo

Harmonique

Orchestre Symphonique de la Radio de Francfort – Michaël Gielen, direction
Igloo


Fancy as a Ground, Brasier de Neige et Trois pôles entrelacés

Ensemble Musique Nouvelle – Georges-Elie Octors, direction
Igloo